Chap. N° 01

Ondes et

Particules.

Cours.

 

   

 

   

I- Les rayonnements dans l’Univers. PAGEREF _Toc343421476 \h 1

1)- Présentation et rappels. PAGEREF _Toc343421477 \h 1

2)- Les divers rayonnements.

3)- Les sources de rayonnements.

4)- Absorption par l’atmosphère terrestre. PAGEREF _Toc343421480 \h 3

II- Manifestations des ondes dans la matière. PAGEREF _Toc343421481 \h 4

1)- Les ondes mécaniques : PAGEREF _Toc343421482 \h 4

2)- Exemples d’ondes mécaniques : PAGEREF _Toc343421483 \h 5

3)- Détection des ondes et des particules. PAGEREF _Toc343421484 \h 9

III- Applications. PAGEREF _Toc343421485 \h 10

1)- Ondes de choc et vitres brisées.

2)- Observation de la voie lactée dans différents domaines.

Phys. N° 03 Modèle ondulatoire de la lumière. TS

Chap. 03 Sources de lumière. 1S

Phys. 07 Signaux périodiques. 2D

Phys. 08 Ondes et imagerie médicale. 2D

 

QCM réalisé avec le logiciel Questy
Pour s'auto-évaluer

QCM sous forme de tableau 1

QCM sous forme de tableau 2

I- Les rayonnements dans l’Univers.

1)- Présentation et rappels.

a)-   Le rayonnement.

-     Le rayonnement est un phénomène physique.

-     Il possède une dualité onde-corpuscule.

-     Le rayonnement peut être décrit de manière :

-     Corpusculaire par la propagation de photons.

-     Ondulatoire par la propagation d’une onde électromagnétique

-     Le photon :

-     En 1900, Max Planck fut conduit à postuler la quantification de l’énergie transportée par les ondes électromagnétiques.

-     Il postule que l’énergie électromagnétique ne peut s’échanger que par « paquets » ou quanta d’énergie.

-     En 1905, Albert Einstein émet l’idée que ces quanta d’énergie sont transportés par des photons.

-     Les photons sont des particules de masse nulle et de charge nulle se propageant à la vitesse de la lumière.

b)-  Lumière et rayonnement.

-     L’onde lumineuse résulte de la propagation d’une perturbation électromagnétique dans les milieux transparents.

-     Les ondes lumineuses périodiques sont appelées des radiations.

-     Contrairement aux ondes mécaniques, la propagation des ondes lumineuses ne nécessite pas de support matériel.

-     La lumière peut se propager dans le vide.

c)-   Le spectre des ondes électromagnétiques.

-     Une radiation lumineuse est caractérisée par :

-     Sa fréquence ν (en Hz) ou sa période T (en s).

-     Sa longueur d’onde dans le vide l 0.

-     Remarque : la fréquence d’une radiation lumineuse ne dépend pas du milieu de propagation alors que la longueur d’onde dépend du milieu de propagation.

*     Relation fondamentale :

-     La longueur d’onde dans le vide d’une radiation lumineuse est donnée par la relation :

-      

-     Remarque : Pour les radiations lumineuses, on préfère utiliser la lettre grecque ‘’nu’’.

-     De manière générale, on caractérise une radiation lumineuse par sa longueur d’onde dans le vide.

-     Complément : l’œil humain n’est sensible qu’à certaines radiations lumineuses.

-     Le domaine de radiations lumineuses visibles s’étend de 400 nm (violet) à 800 nm (rouge).

2)- Les divers rayonnements.

-     Le spectre des ondes électromagnétiques est découpé, de façon arbitraire, en divers domaines.

 

 

-     Le rayonnement cosmique :

-     Il est constitué par des astroparticules, telles que des protons, des noyaux d’hélium, qui se propagent dans le vide interstellaire.

3)- Les sources de rayonnements.

-     Les corps célestes émettent des rayonnements dans divers domaines de longueurs d’onde.

-     Il est possible de caractériser certaines sources grâce aux types de rayonnements qu’elles émettent.

-     Le document suivant, donne des exemples de rayonnements dans divers domaines du spectre électromagnétique.

 

-     On remarque que la lumière visible ne représente qu’une infime partie du spectre électromagnétique.

-     Les objets célestes « chauds », tels que quasars, naines blanches, étoiles dites chaudes, émettent une grande part de leur rayonnement dans le domaine de l’ultraviolet.

-     Les objets « froids », comme les planètes, les étoiles jeunes, les nuages de poussières, émettent principalement dans le domaine de l’infrarouge.

4)- Absorption par l’atmosphère terrestre.

-     Les rayonnements se propagent dans le vide et dans les milieux matériels.

-     Certains réagissent avec l’atmosphère.

-     Les constituants de l’atmosphère absorbent certaines radiations.

-     Exemple : le Soleil :

-     Le Soleil est la principale source de rayonnements électromagnétiques de notre système solaire.

-     Profil spectral et spectre simplifiée de la lumière émise par le Soleil.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

-     Le profil spectral d’une étoile est la courbe qui représente l’intensité lumineuse des radiations émises par cette étoile en fonction de la longueur d’onde.

-     Les entités chimiques présentes dans l’atmosphère du Soleil absorbent certaines radiations lumineuses.

-     Ceci se traduit par l’apparition de raies sombres dans le spectre de la lumière émise par le Soleil et par des minima d’intensité lumineuse dans le profil spectral.

-     Les longueurs d’onde correspondantes permettent d’identifier les entités chimiques présentes dans l’atmosphère du Soleil.

-     Mais d’autre part, ce phénomène d’absorption peut gêner les observations astronomiques.

-     Pour contourner cette difficulté, on utilise des télescopes spatiaux (télescope spatial Hubble).

-     Ainsi, on peut détecter les rayonnements qui n’arrivent pas jusqu’au sol.

-     Enfin, certains rayonnements interagissent avec les astroparticules.

-     Il se crée alors des particules secondaires, comme les muons.

-     Les muons sont des particules élémentaires de même charge électrique que les électrons mais avec une masse 207 fois plus grande.

-     On les appelle aussi les électrons lourds.

-     Les muons sont produits par interaction entre les particules cosmiques et les particules de la haute atmosphère.

-     On peut les observer à la surface de la Terre grâce à des détecteurs

-     (on peut citer la chambre à fils mise au point par le physicien Français Georges Charpack en 1968)

II- Manifestations des ondes dans la matière.

1)- Les ondes mécaniques :

-     Contrairement aux ondes électromagnétiques, qui peuvent se propager dans le vide, les ondes mécaniques ont besoin d’un milieu matériel pour se propager.

Onde mécanique :

-  Une onde mécanique correspond à la propagation d’une perturbation dans un milieu matériel sans transport de matière.

-     C’est pour cela que l’on dit qu’un mobile se déplace alors qu’une onde se propage.

-     La propagation de l’onde mécanique peut se faire dans des milieux à une, deux ou trois dimensions.

-     La direction dans laquelle se propage la perturbation est la direction de propagation de l’onde.

-     Après le passage de la perturbation, chaque point du milieu matériel reprend sa position initiale.

-     On dit que le milieu matériel est élastique.

-     Une onde mécanique transporte de l’énergie.

2)- Exemples d’ondes mécaniques :

a)-   La houle :

-     La houle est un mouvement ondulatoire qui se propage à la surface de la mer.

-     Lors de tempêtes, la houle transporte beaucoup d’énergie et les effets produits peuvent être très importants.

-     La houle peut alors détruire des digues, des bâtiments et provoquer des inondations.

b)-  Les ondes sismiques :

*      Comment les ondes sismiques se propagent-elles ?

 

-     Quand la Terre tremble, les vibrations se propagent dans toutes les directions à partir du foyer du tremblement de terre situé dans les profondeurs de la couche terrestre.

-     Les vibrations sont initialement de deux types :

-     Celles qui compriment et détendent alternativement les roches, à la manière d'un accordéon, et celles plus destructrices qui les cisaillent.

-     Les premières, les plus rapides (appelées ondes P), voyagent dans la croûte à une vitesse de 6 km / s environ, mais peuvent être ralenties dans les roches peu consolidées.

-     Les secondes (appelées ondes S) sont, à cause des propriétés élastiques des roches, systématiquement deux fois plus lentes mais environ cinq fois plus fortes que les premières.

-     Ainsi, lors d'un séisme lointain, ayant ressenti l'onde P, on peut anticiper l'arrivée des ondes S.

*     Peut-on les distinguer quand un séisme a lieu sous nos pieds ?

-     Les ondes P vibrent dans leur direction de propagation, elles soulèvent ou affaissent le sol,

-     Les ondes P sont des ondes longitudinales :

Onde longitudinale :

La direction de déplacement temporaire de la matière et la direction de propagation de l'onde sont les mêmes.

-     On parle aussi d'ondes de compression :

-     Elles créent de proche en en proche des ondes de compression - détente du milieu de propagation.

 

-     Modélisation :

 

Ondes P

 

-     Les ondes S vibrent perpendiculairement et nous secouent horizontalement.

-     Les ondes S sont des ondes transversales :

Onde transversale :

-     La direction de déplacement temporaire de la matière et la direction de propagation de l'onde sont perpendiculaires.

-     On parle aussi d'ondes de cisaillement.

 

-     Modélisation :

Ondes S

 

-     Les effets des ondes sismiques peuvent être importants : destruction de bâtiments, glissements de terrain,…

-     Heureusement, lors de leur voyage à travers le sous-sol, les ondes perdent de leur énergie.

-     En s'éloignant du foyer, elles s'amortissent et leurs effets s'atténuent.

-     Voilà pourquoi les séismes superficiels, trop proches pour être affaiblis, sont les plus destructeurs.

-     La magnitude mesure l’énergie dégagée par un séisme.

-     On utilise souvent l’échelle de Richter pour indiquer la valeur de la magnitude.

Magnitude

Effets engendrés

9

Destruction totale à l’épicentre et possible sur plusieurs milliers de kilomètres

8

Dégâts majeurs à l’épicentre et sur plusieurs centaines de kilomètres

7

Importants dégâts à l’épicentre, secousse ressentie à plusieurs centaines de kilomètres

6

Dégâts à l’épicentre dont l’ampleur dépend de la qualité des constructions

5

Tremblement fortement ressenti, dommages mineurs près de l’épicentre

4

Secousse sensible, mais pas de dégâts

3

Seuil à partir duquel la secousse devient sensible pour la plupart des gens

2

Secousse ressentie uniquement par des gens au repos

1

Secousse imperceptible

*    Détection des ondes sismiques :

-     Un sismographe permet d’enregistrer les mouvements du sol lors d’un séisme.

-     Lien :

 

 

 

http://www.sciences.univ-nantes.fr/sites/genevieve_tulloue/Meca/Oscillateurs/sismo.html

Animation flash

c)-   Les ondes sonores.

-     Propagation d’un son dans l’air.

-     Montage : G.B.F et H.P. On émet un son dans l’air.

 

-     L’air est un mélange de gaz.

-     Il se comporte comme un gaz.

-     Il est compressible et expansible, élastique….

-     Lors de l’émission d’un son, la membrane du H.P se déplace.

-     En avançant, elle crée une compression, elle comprime les couches d’air voisines de sa surface.

-     L’air comprimé pousse dans toutes les directions l’air qui l’entoure et reprend sa position initiale.

-     La compression se propage de proche en proche, c’est l’onde sonore.

-     La perturbation créée par la membrane est une variation de pression.

-     Si p0 est la pression initiale, et p la pression lors de la compression, la variation de pression est :

-     δp = p p0.

-     L’oreille détecte le son émis par le H.P car elle est sensible à la variation de pression δp bien qu’elle soit faible par rapport à la pression atmosphérique.

-     Une onde sonore se propage dans un milieu matériel solide, liquide ou gazeux mais ne se propage pas dans le vide.

-     Une onde sonore a besoin d’un milieu matériel pour se propager.

    Additif :

-     Le son est une onde longitudinale : la direction de propagation est parallèle à la direction de la perturbation.

-     La propagation d’un son nécessite un milieu matériel.

-     Le son ne se propage pas dans le vide.

-     Le son transporte de l’énergie.

    Additif :

-     Lorsque la variation de la pression est très rapide et que l’amplitude est très grande, l’onde sonore devient une onde de choc.

-     Une telle onde peut être produite par un avion en vol supersonique (franchissement du mur du son).

-     Les effets de ce type d’onde peuvent être importants : vitres cassées, murs fissurés.

-     L’oreille humaine est un récepteur sensible aux ondes sonores dont la fréquence est comprise entre 20 Hz et 20 kHz.

-     Domaines des ondes sonores :

 

3)- Détection des ondes et des particules.

-     Le sismographe : il permet d’enregistrer des ondes sismiques et de localiser l’épicentre d’un séisme.

-     La chambre à brouillards : elles détectent les particules chargées comme les muons.

-     Le compteur Geiger : il détecte les particules émises lors de désintégrations radioactives.

-     Il détecte les particules alpha (α), béta (β) et gamma(γ).

III- Applications.

1)- Ondes de choc et vitres brisées.

-     Le son se propage dans les solides, les liquides et les gaz.

-     À l’échelle microscopique, le son est la propagation d’une vibration des atomes ou des molécules autour d’une position d’équilibre.

-     Nos oreilles détectent les variations macroscopiques de pression de l’air créées par ces vibrations.

-     Schématisation de la propagation du son.

 

-     Une onde de choc mécanique correspond à une très importante variation de pression.

-     Un avion en vol émet des sons qui se propagent tout autour de lui.

-     Comme l’avion se déplace, ces ondes sont plus proches les unes des autres devant l’avion et plus éloignées derrière lui.

-     Quand cet avion atteint la vitesse du son, ces ondes sonores se concentrent à l’avant de l’avion.

-     Cette concentration est appelée « mur du son ».

-     Un avion traverse « le mur du son » lorsque sa vitesse devient supérieure à celle du son.

-     On parle alors de vitesse supersonique.

-     Illustration du phénomène :

 

-     Durant un vol supersonique, l’avion émet des ondes de choc qui correspondent au « bang » supersonique.

-     Lors de certaines explosions, la matière est projetée à une vitesse qui dépasse celle du son dans l’air, ce qui engendre une onde de choc.

-     Le 21 octobre 2007, de nombreuses vitres ont volé en éclats dans le sud de Bruxelles.

-     Simultanément, beaucoup d’habitants ont entendu une importante déflagration.

-     Certains ont même senti leur maison trembler.

-     Il s’agissait de deux avions F-16 ayant passé le mur du son.

-     Ce phénomène est très rare en France, car la réglementation interdit les vols supersoniques au-dessus des zones habitées.

-     Une puissance explosion s’est produite le vendredi 22 juillet 2011 en plein centre d’Oslo.

-     L’onde de choc a brisé la plupart des vitres du siège du gouvernement, ainsi que des bâtiments situés à proximité.

  Questions :

*     Décrire la propagation du son dans l’air.

*     Critiquer la propagation du son réalisée ci-dessus.

*     La valeur de la vitesse de propagation d’un son sera-t-elle plus grande dans un solide ou dans un gaz ?

*     Argumenter en s’appuyant sur la différence de structure entre les solides et les gaz.

*     Reformulez la définition d’une onde de choc. Comment une onde de choc peut-elle être produite ?

*     Quel peut être l’effet d’une onde de choc sur un solide, par exemple sur le verre ? Comment peut-on l’expliquer ?

  Réponses :

  Propagation du son dans l’air :

-     Le son dans l’air résulte de la propagation d’une variation de pression (compression et dépression) des molécules qui constituent l’air.

-     Cette variation de pression se propage dans toutes les directions à partir de la source.

-     Le son est une onde longitudinale : la direction de propagation est parallèle à la direction de la perturbation.

  Critique de la représentation schématique de la propagation du son :

-     Le son se déplace dans l’espace dans toutes les directions.

-     Sur le schéma, l’onde sonore se propage dans une seule direction. De plus, les échelles ne sont pas respectées.

  Propagation du son dans les solides et les gaz :

-     L’état solide est un état condensé (comme l’état liquide) alors que l’état gazeux est un état dispersé.

-     Le son se propage  plus  rapidement  dans  les milieux condensés que dans les gaz,

-     car les vibrations se propagent mieux dans les milieux où il existe des liaisons entre les entités microscopiques.

-     La célérité d’une onde dans un milieu dépend de son inertie.

-     Plus l’inertie du milieu est grande et plus la célérité de l’onde se propageant dans ce milieu est faible.

-     La célérité d’une onde dépend de la rigidité du milieu dans lequel elle se propage.

-     Plus le milieu est rigide et plus grande est sa célérité.

  Une onde de choc : définition :

-     Une onde de choc est un type d’onde associée à une transition brutale.

-     Une onde de choc est créée lorsque la matière se déplace plus vite que l’onde qu’elle crée dans le milieu considéré.

-     Exemple :

-     Dans l’air une onde de choc est produite par un avion lorsqu’il se déplace plus vite que la vitesse de l’onde sonore qu’il produit.

-     Le claquement d’un fouet est dû au fait que l’extrémité du fouet se déplace plus vite que le son se propage dans l’air.

  Effet d’une onde de choc sur un solide :

-     Lors du passage de l’onde de choc dans un solide, les particules qui constituent le solide (molécules ou atomes) vibrent avec une grande amplitude.

-     Si l’amplitude est trop grande, la limite d’élasticité du solide est atteinte est le solide se brise.

-     Ainsi une vitre en verre peut se briser.

2)- Observation de la voie lactée dans différents domaines.

   Illustration :

 

-     La voie lactée se présente sous différents aspects suivant le domaine d’observation.

-     Les cartes ci-dessus ont été obtenues pour des domaines spectraux différents.

-     Émission radio (autour de 1,0 m dans le vide) :

-     l’émission provient principalement d’électrons de haute énergie que l’on retrouve dans l’environnement des supernovæ (étoiles qui explosent en fin de vie).

-     Émission dans l’infrarouge lointain (10 à 100 μm dans le vide) :

-     l’émission provient principalement des poussières, du milieu interstellaire, réchauffées par les étoiles nouvellement formées.

-     Émission dans l’infrarouge moyen (5 à 10 μm dans le vide) :

-     l’émission provient principalement de molécules interstellaires complexes (cycles aromatiques) portées à haute température par le rayonnement des étoiles.

-     Émission dans le proche l’infrarouge (800 nm à 5 μm dans le vide) :

-     l’émission provient principalement des étoiles moins chaudes que le Soleil.

-     Émission dans le visible (400 nm à 800 nm dans le vide) :

-     l’émission provient principalement des étoiles dont la température est proche de celle du Soleil.

-     Émission dans le domaine des rayons X (1 nm à 5 nm dans le vide) :

-     l’émission provient principalement des nuages de gaz chauds.

-     Émission des rayonnements gamma (inférieur à 12 fm dans le vide) :

-     l’émission provient principalement des collisions entre les protons du gaz interstellaire et les rayons cosmiques produits par les pulsars (étoile à neutrons tournant sur elle-même et émettant des ondes électromagnétiques).

   Questions :

*     Sur un diagramme associant les rayonnements électromagnétiques cités dans le texte et leurs longueurs d’onde dans le vide, indiquer les objets de la Voie Lactée à l’origine des émissions dans chaque domaine.

*     Rappeler la relation entre la longueur d’onde dans le vide λ0 d’une radiation lumineuse et sa fréquence ν.

*     Parmi les rayonnements électromagnétiques cités dans le texte, quel est celui qui correspond à la plus grande fréquence ?

*     Rappeler la relation entre l’énergie d’un photon associé à un rayonnement et sa longueur d’onde λ0 dans le vide.

*     Parmi les rayonnements électromagnétiques cités dans le texte, quel est celui qui correspond à la plus grande énergie ?

*     Quel est l’intérêt d’observer dans d’autres domaines que le visible ? Illustrer la réponse à l’aide d’un exemple.

   Réponses :

   Diagramme associant les rayonnements électromagnétiques cités dans le texte et leurs longueurs d’onde dans le vide :

 

    Relation entre la longueur d’onde dans le vide λ0 d’une radiation lumineuse et sa fréquence ν :

-     La longueur d’onde dans le vide d’une radiation lumineuse est donnée par la relation :

-      

-     La longueur d’onde λ d’une radiation électromagnétique dépend du milieu de propagation de l’onde,

-     alors que la fréquence ν de la radiation est indépendante du milieu de propagation.

   Longueur d’onde et fréquence :

-     De la relation précédente, on peut déduire que :

-     Plus la longueur d’onde est petite, plus la fréquence associée est grande et inversement.

-     Le rayonnement de plus grande fréquence ν est celui qui a la plus petite longueur d’onde dans le vide λ0.

-     Le rayonnement qui a la plus grande fréquence est le rayonnement gamma ν > 1020 Hz.

   Relation entre l’énergie d’un photon associé à un rayonnement et sa longueur d’onde λ0 dans le vide :

-     E = h . ν

-     La grandeur h est la constante de Planck : h = 6,62 x 10 – 34  J.s.

-     L’énergie E s’exprime en joule (J) et la fréquence ν en hertz (Hz)

   Rayonnement et énergie :

-     Le rayonnement qui a la plus grande énergie est celui dont la fréquence est la plus grande.

-     C’est celui dont la longueur d’onde dans le vide λ0 est la plus petite.

-     Le rayonnement le plus énergétique est le rayon gamma γ.

  Intérêt d’observer dans d’autres domaines que le visible :

-     Les corps célestes émettent des rayonnements dans divers domaines de longueurs d’onde, c’est-à-dire dans divers domaines de fréquence.

-     Les diverses observations sont de ce fait complémentaires.

-     L’observation de l’Univers dans le domaine des rayons X permet de détecter des corps célestes invisible dans le domaine du visible, dans le domaine de l’infrarouge, de l’ultra-violet,…

-     Il est possible de caractériser certains corps célestes grâce aux types de rayonnements qu’elles émettent.

-     Les étoiles froides émettent dans le domaine de l’infrarouge et les nuages de poussière qui émettent dans le domaine des ondes radio.