Document : Les Alcools.

   


Google


I- Rappels et compléments.

1)- L'atome de carbone.

2)- L'atome d'oxygène.

II- Les alcools.

1)- Définition.

2)- Nomenclature des alcools.

3)- Propriétés physiques des alcools.

4)- Applications :

III- Spectres IR des alcools.

1)- Bandes d’absorption caractéristiques.

2)- Cas de la liaison O – H ; liaison hydrogène.

3)- Applications :

IV- Spectre RMN.

1)- Les valeurs de déplacement chimique δ sont comprises entre 0 et 14 ppm.

2)- Application :

V- Un cas particulier : La fonction Phénol.

VI- Obtention d'un alcool à partir d'un alcène.

1)- Hydratation de l’éthène

2)- Hydratation d’un alcène.

3)- Hydratation du prop-1-ène.

VII- Déshydratation d’alcools :

1)- Définition :

2)- Applications :

VIII- Oxydation ménagée des alcools.

1)- Définition.

2)- Tests des aldéhydes et les cétones.

a)-       Test commun : Test à la 2,4 D.N.P.H

b)-       Test à la Liqueur de Fehling.

3)- Oxydation ménagée des alcools primaires.

a)-       Exemple :

b)-       Conclusion :

4)- Oxydation ménagée des alcools secondaires.

a)-       Exemple :

b)-       Conclusion.

5)- Oxydation des alcools tertiaires.

IX- Un polyalcool particulier : le glycérol.

1)- Présentation.

2)- Utilisation du glycérol :

a)-       Formation d’un corps gras et composition d’un corps gras.

b)-       La saponification.

3)- Applications :

X- Additifs : quelques liens.

 

 

 

I- Rappels et compléments.

1)- L'atome de carbone.

Schéma de Lewis

-    L'atome de carbone est tétravalent.
-    Sa structure géométrique dépend du nombre d'atomes voisins ou de groupes voisins qu'il possède.
-    Il peut établir 4 simples liaisons avec 4 atomes voisins : carbone tétragonal.
-    Il peut établir 2 simples liaisons et une double liaison.  Il possède alors 3 voisins : Carbone trigonal.
-    Il peut établir 2 doubles liaisons ou une simple liaison et une triple liaison.  Il possède alors deux voisins. Le carbone est digonal.

carbone tétragonal

Carbone trigonal

 

Carbone digonal

2)- L'atome d'oxygène.

Schéma de Lewis

-    La valence de l'atome d'oxygène est deux.
-    Il peut établir soit deux simples liaisons comme dans la molécule d'eau, soit une double liaison comme dans la molécule de dioxyde de carbone.

Molécule d’eau

Molécule de dioxyde de carbone

II- Les alcools.

1)- Définition.

-    On appelle alcool tout composé organique possédant un groupe hydroxyle  – OH lié à un atome de carbone tétragonal.
-    L’atome de carbone lié au groupe hydroxyle est appelé : atome de carbone fonctionnel.
-    Formule générale d’un alcool : R – OH.
-    R désigne un groupe alkyle du type :  Cn H2n+1
-    On distingue :

Les alcools primaires

Les alcools secondaires

Les alcools tertiaires

L’atome de carbone fonctionnel n’est lié qu’à des atomes d’hydrogène ou à un seul atome de carbone

 

L’atome de carbone fonctionnel est lié à deux atomes de carbone

L’atome de carbone fonctionnel est lié à trois atomes de carbone

    Exemples :

Éthanol

propan-2-ol

2-méthylpropan-2-ol

CH3CH2OH

 

2)- Nomenclature des alcools.

-    La nomenclature des alcools découle de celle des alcanes.
-    NOMENCLATURE
-    On cherche la chaîne carbonée la plus longue contenant l’atome de carbone qui porte le groupe hydroxyle – OH.
-    On met en place la numérotation qui donne à cet atome de carbone l’indice le plus petit.
-    On nomme l’alcool grâce au nom de l’alcane correspondant à cette chaîne avec élision du e final que l’on fait suivre du suffixe ol affecté de l’indice de position qui lui correspond.
-    Exemples :

Nom

formule semi-développée

classe

Propan-1-ol

Alcool primaire

Propan-2-ol

Alcool secondaire

 

2-méthylpropan-2-ol

 

Alcool tertiaire

3)- Propriétés physiques des alcools.

    Complément :

Tous les alcools ont une grande importance industrielle.

Alcool

Méthanol

Éthanol

Propanol

température d'ébullition

en °C

64,7

78,3

97,2

Les alcools dont la chaîne carbonée comporte moins de 10 atomes de carbone sont des liquides incolores à la température ordinaire.

La température d'ébullition des alcools est nettement plus importante que celle des alcanes correspondants.

Cette particularité est liée à la présence du groupe hydroxyle.

La plupart des alcools sont miscibles à l'eau en toutes proportions.

Toutefois cette miscibilité décroît avec la longueur de la chaîne carbonée.

La molécule d'un alcool possède deux parties :

Une partie hydrophobe : la chaîne carbonée

Une partie hydrophile : le groupe hydroxyle.

La miscibilité est liée à l'importance relative de ces deux parties.

Les deux alcools les plus importants sont :

L'éthanol (alcool éthylique) que l'on retrouve dans les boissons alcoolisées. Des petites quantités d'éthanol provoquent un état euphorique. Des doses plus importantes dépriment gravement le système nerveux : à consommer avec modération !

Le méthanol ou alcool de bois que l'on peut retrouver dans les alcools frelatés. Il provoque la cécité et la mort.

On utilise les alcools comme solvant en pharmacie, en cosmétologie…

4)- Applications :

a)-  Application 1 :

-    Écrire la formule brute commune à tous les alcools ayant 5 atomes de carbone et une chaîne saturée non cyclique.
-    C5H11OH
-    Écrire leur formule semi-développée, les nommer et préciser leur classe.

Pentan-1-ol

Alcool primaire

3-méthylbutan-1-ol

Alcool primaire

2-méthylbutan-1-ol

Alcool primaire

Pentan-2-ol

Alcool secondaire

Pentan-3-ol

Alcool secondaire

3-méthylbutan-2-ol

Alcool secondaire

3-méthylbutan-2-ol

Alcool tertiaire

2,2-diméthylpropan-1-ol

Alcool primaire

b)-  Application 2 : Reconnaître la classe d’un alcool.

-    Énoncé :

Déterminer la classe des alcools dont la formule semi-développée est donnée ci-dessous :

a)- 

b)- 

c)- 

d)- 

e)- 

f)-  

-    Correction :

a)- 

-    Propan–1– ol : Alcool primaire

b)- 

-    Propan–2–ol : Alcool secondaire

 

c)- 

-    Butan–2–ol : Alcool secondaire

d)- 

-    Cyclohexanol : Alcool secondaire
-   

e)- 

-    Phénylméthanol : Alcool primaire

f)-  

-    2–méthylbutan–2–ol : Alcool tertiaire

 

c)-  De la structure aux propriétés, cas des alcanes et des alcools. Exercices.

-    Applications.

III- Spectres IR des alcools.

1)- Bandes d’absorption caractéristiques.

-    À chacune des liaisons rencontrées en chimie organique correspond un domaine de nombre d’ondes σ bien précis.
-    Pour chacune des liaisons rencontrées en chimie organique, les nombres d’ondes correspondant au maximum d’absorption sont donnés dans le tableau ci-dessous.
-    Tableau simplifiée :

Liaison

σ (cm–1)

Intensité

O Hlibre

3580 à 3650

Forte

O Hlié

3200 à 3400

Forte

1415 à 1470

Forte

1050 à 1450

Forte

-    Les notations :
-    L’intensité traduit l’importance de l’absorption.
-    O Hlibre sans liaison hydrogène et O Hlié avec liaison hydrogène.
-    Ctri correspond à un carbone trigonal engagé dans une double liaison.
-    Ctét correspond à un carbone tétragonal engagé dans quatre liaisons simples.

2)- Cas de la liaison O – H ; liaison hydrogène.

-    Spectre de l’éthanol à l’état gazeux :

-    Spectre de l’éthanol à l’état liquide :

 

-    Ci-dessus, on peut observer les spectres infrarouges de l’éthanol à l’état gazeux et à l’état liquide.

    À l’état gazeux :

-    La liaison O – H donne une bande moyenne et fine vers 3620 cm–1.
-    Il n’existe pas de liaison hydrogène entre les molécules d’éthanol, la liaison O – H est dite libre, que l’on note O – Hlib.

    À l’état liquide : ­­

-    La liaison O – H se manifeste par une bande d’absorption forte et large de 3200 cm–1à 3400 cm–1.
-    Les liaisons hydrogène établies entre les molécules d’éthanol affaiblissent les liaisons covalentes O – H et conduisent à un abaissement du nombre d’onde σO – H.
-    De plus, la bande s’élargit, la liaison O – H est dans ce cas dite associée, on la note O – Hassocié.
-    Ce résultat est général.

*    L’association des molécules d’alcool par liaison hydrogène provoque la diminution de la valeur du nombre d’onde σO – H et l’élargissement de la bande d’absorption.

3)- Applications :

-    Reconnaître des bandes d’absorption
-    Spectres infrarouges et oxydation

IV- Spectre RMN.

1)- Les valeurs de déplacement chimique δ sont comprises entre 0 et 14 ppm.

    Tableau de déplacement chimique δ (ppm) de quelques protons :

Groupe méthyle CH3

Proton

δ (ppm)

CH3 – C

0,9

CH3 – C – O

1,4

CH3 – OH

3,4

 

 

Groupe méthylène CH2

Proton

δ (ppm)

C – CH2 – C

1,3

C – CH2 – C – O

1,9

C – CH2 – O – H

3,6

 

Groupe méthyne

Proton

δ (ppm)

1,5

2,0

3,9

 

 

Autres groupes

R – OH

0,5 – 5,5

4,5 – 7,1

2)- Application :

-    Identifier une molécule

V- Un cas particulier : La fonction Phénol.

-    Un phénol n’est pas un alcool car le carbone fonctionnel est trigonal.
-    Mais, vis à vis de la formation des esters, on considère qu’un phénol se comporte comme un alcool.

VI- Obtention d'un alcool à partir d'un alcène.

1)- Hydratation de l’éthène

-    En présence d’un acide (acide sulfurique le plus souvent), agissant comme catalyseur, l'eau peut s'additionner sur l’éthène pour conduire à un alcool, l’éthanol.
-    Équation de la réaction :

 

2)- Hydratation d’un alcène.

-    En présence d’un acide (acide sulfurique le plus souvent), agissant comme catalyseur, l'eau peut s'additionner sur les alcènes pour conduire à un alcool.
-    Équation de la réaction :

 

3)- Hydratation du prop-1-ène.

-    En présence d’un acide (acide sulfurique le plus souvent), agissant comme catalyseur, l'eau peut s'additionner sur le propa-1-ène pour conduire à deux alcools, le porpan-1-ol (minoritaire) et le propan-1-ol (majoritaire).
-    Équation de la réaction :

 

 

VII- Déshydratation d’alcools :

1)- Définition :

-    La déshydratation d’un alcool est une réaction d’élimination d’une molécule d’eau.

2)- Applications :

-    Énoncé :

1)- Donner les formules semi-développée et topologique de tous les alcènes qui peuvent être obtenus lors de la déshydratation des alcools suivants :

a)-  Butan-2-ol ;

b)-  2-méthylpentan-3-ol ;

c)-  3-méthylhexan-3-ol

2)- Donner les formules semi-développée et topologique du (des) alcool(s) qui peuvent donner l’un des alcènes ci-dessous par déshydratation :

a)-  Propène ;

b)-  Méthylpropène ;

c)-  (E)-but-2-ène.

 

-    Correction :

1)- Formules semi-développée et topologique des alcènes:

a)-  Butan-2-ol ;

+

H2O

Butan-2-ol

 

(E)-but-2-ène

 

 

 

 

 

 

 

+

H2O

Butan-2-ol

 

(Z)-but-2-ène

 

 

 

 

 

 

 

+

H2O

Butan-2-ol

 

but-1-ène

 

 

 

 

 

 

 

b)-  2-méthylpentan-3-ol ;

+

H2O

2-méthylpentan-3-ol 

 

2-méthylpent-2-ène

 

 

 

 

 

 

 

+

H2O

2-méthylpentan-3-ol 

 

(E)-4-méthylpent-2-ène

 

 

 

 

 

 

 

+

H2O

2-méthylpentan-3-ol 

 

(Z)-4-méthylpent-2-ène

 

 

 

 

 

 

 

c)-  3-méthylhexan-3-ol :

+

H2O

 

 

(Z)-3-méthylhex-3-ène

 

 

 

 

 

 

 

+

H2O

 

 

(E)-3-méthylhex-3-ène

 

 

 

 

 

 

 

+

H2O

 

 

(Z)-3-méthylhex-2-ène

 

 

 

 

 

 

 

 

+

H2O

 

 

(E)-3-méthylhex-2-ène

 

 

 

 

 

 

2)- Formules semi-développée et topologique du (des) alcool(s) :

a)-  Propène ;

+

H2O

Propan-2-ol

 

Prop-1-ène

 

 

 

 

 

 

+

H2O

Propan-1-ol

 

Prop-1-ène

 

 

 

 

 

b)-  Méthylpropène ;

+

H2O

2-méthylpropan-2-ol

 

2-méhylprop-1-ène

 

 

 

 

 

 

+

H2O

2-méthylpropan-1-ol

 

2-méhylprop-1-ène

 

 

 

 

 

 

c)-  (E)-but-2-ène.

+

H2O

Butan-2-ol

 

(E)-but-2-ène

 

 

 

 

 

VIII- Oxydation ménagée des alcools.

1)- Définition.

-    Une oxydation ménagée est une oxydation qui s’effectue sans rupture de la chaine carbonée. La chaine carbonée est conservée.

   Exemple : lors de la combustion complète de l’éthanol, il se forme du dioxyde de carbone et de l’eau.

-    Écrire l’équation bilan de la réaction :

CH3CH2OH   +   3 O2   →   2 CO2   +  3 H2O

-    Ici, il s’agit d’une oxydation brutale. La chaine carbonée est détruite.

2)- Tests des aldéhydes et les cétones.

a)-  Test commun : Test à la 2,4 D.N.P.H

*     Préparation de la solution de D.N.P.H.
-    La D.N.P.H est l’abréviation de 2,4‑dinitrophénylhydrazine.
-    La solution s’obtient en dissolvant 4g de D.N.P.H (composé solide jaune) dans 20 mL d’acide sulfurique concentré, 30 mL d’eau distillée et 100 mL d’éthanol.

   Expérience :

*     Dans un tube à essais introduire :
-    1 à 2 mL de solution de D.N.P.H
-    Et ajouter quelques gouttes d’un composé carbonylé (éthanal pour l’aldéhyde et propanone pour l’acétone), puis agiter.

   Interprétation :

-    Résultat du test :
-    Les aldéhydes et les cétones donnent un précipité jaune-orangé avec la 2,4 D.N.P.H.
-    Ce test est négatif pour les acides carboxyliques.

b)-  Test à la Liqueur de Fehling.

*     Préparation de la solution :
-    On mélange une solution de sulfate de cuivre II et une solution de tartrate double de sodium et de potassium (sels de Seignette).
-    La solution obtenue est appelée Liqueur de Fehling.
-    C’est une solution basique qui contient des ions Cu2+ complexés par les ions tartrate T2–.
-    Le complexe obtenu est noté [Cu T2]2–.

   Expérience :

*     Dans un tube à essais introduire :
-    2 mL de solution de Liqueur de Fehling.
-    Ajouter 1mL d’un aldéhyde (éthanal).
-    Chauffer doucement si nécessaire et agiter (Attention aux projections).

   Interprétation :

-    Résultat du test :
-    Ce test est caractéristique des aldéhydes.
-    Dans un tube à essai, on verse environ 2mL de liqueur de Fehling (solution de couleur bleue). On ajoute environ 1mL de la solution d'éthanal (solution incolore) (aldéhyde).
-    On chauffe légèrement à la flamme du bec Bunsen en maintenant le tube avec une pince en bois.
-    On observe la formation d'un précipité rouge brique dans le tube contenant l'éthanal.

 

 

 

3)- Oxydation ménagée des alcools primaires.

a)-  Exemple :

-    Première étape :
-    Dans un tube à essai N° 1 contenant du propan-1-ol, on ajoute une solution acidifiée de permanganate de potassium. La coloration violette due aux ions permanganate disparaît progressivement.
-    On laisse reposer le mélange réactionnel. Il apparaît deux phases. Une phase organique située au-dessus et une phase aqueuse.
-    On prélève un peu de la phase organique que l’on verse dans deux tubes à essai A et B.
-    Dans le tube à essais A, on réalise le test à la 2,4-D.N.P.H et dans le tube B, le test à la Liqueur de Fehling.
-    Les deux tests sont positifs.
-    Questions :
-    Comment interpréter l’évolution de la coloration dans le mélange réactionnel ?
-    Quelle est la nature de l’espèce chimique formée ? Donner sa formule semi-développée.
-    Écrire les demi-équations électroniques (on donne le couple MnO4- / Mn2+)
-    En déduire l’équation chimique correspondante.
-    Réponses :
-    Lors de la réaction, les ions permanganate (teinte violette) sont réduits en ions manganèse II (incolore).
-    Comme les deux tests sont positifs, il s’agit d’un aldéhyde. Comme l’oxydation est ménagée, la chaine carbonée est conservée. On obtient du propanal
-    CH3─CH2─CHO ou  ou

MnO4  + 8 H + +   5 e  =   Mn 2+   +  4 H2O

CH3─CH2─CH2─OH   =     CH3─CH2─CHO   + 2 H + +   2 e     

5 CH3─CH2─CH2─OH + 2 MnO4  + 6 H +  →  5 CH3─CH2─CHO + 2 Mn 2+  +  8 H2O  

-    Deuxième étape :
-    On verse un excès de solution acidifiée de permanganate de potassium dans le tube à essai N° 1 contenant du propan-1-ol. On observe toujours la disparition de la coloration violette. Si l’excès est trop important, la coloration violette persiste.
-    Si on prélève un peu de solution organique et que l’on réalise les tests précédents, ils sont tous les deux négatifs.
-    Comment interpréter la disparition de la coloration lorsque l’on ajoute un excès de solution de permanganate de potassium ?
-    Réponses :
-    Lors de la réaction, les ions permanganate (teinte violette) sont réduits en ions manganèse II (incolore).
-    Comme les deux tests sont négatifs, il ne s’agit ni d’un aldéhyde, ni d’une cétone. Comme l’oxydation est ménagée, la chaine carbonée est conservée. On obtient un acide carboxylique : l’acide propanoïque
-    CH3─ CH2─ COOH ou  ou

MnO4  + 8 H + +   5 e  =   Mn 2+   +  4 H2O

CH3─ CH2─ CHO +  H2O  =     CH3─ CH2─ COOH   + 2 H + +   2 e     

5 CH3─ CH2─ CHO + 2 MnO4  + 6 H +  5 CH3─ CH2─ COOH   + 2 Mn 2+  +  3 H2O  

b)-  Conclusion :

-    L’oxydation ménagée d’un alcool primaire donne la formation d’un aldéhyde, puis d’un acide carboxylique si l’oxydant est introduit en excès.

4)- Oxydation ménagée des alcools secondaires.

a)-  Exemple :

-    Dans un tube à essai N° 1 contenant du propan-2-ol, on ajoute une solution acidifiée de permanganate de potassium.
-    La coloration violette due aux ions permanganate disparaît progressivement.
-    On laisse reposer le mélange réactionnel. Il apparaît deux phases. Une phase organique située au-dessus et une phase aqueuse.
-    On prélève un peu de la phase organique que l’on verse dans deux tubes à essai A et B.
-    Dans le tube à essais A, on réalise le test à la 2,4-D.N.P.H et dans le tube B, le test à la Liqueur de Fehling.
-    Le test à la 2,4-D.N.P.H est positif et celui à la Liqueur de Fehling est négatif.
-    Questions :
-    Comment interpréter l’évolution de la coloration dans le mélange réactionnel ?
-    Quelle est la nature de l’espèce chimique formée ? Donner sa formule semi-développée.
-    Écrire les demi-équations électroniques (on donne le couple MnO4- / Mn2+)
-    En déduire l’équation chimique correspondante.
-    Réponses :
-    Lors de la réaction, les ions permanganate (teinte violette) sont réduits en ions manganèse II (incolore).
-    Comme le test à la D.N.P.H est positif, on est en présence d’un composé carbonylé
-    Comme le test la Liqueur de Fehling est négatif, il ne s’agit pas d’un aldéhyde.
-    On est en présence d’une cétone
-     Comme l’oxydation est ménagée, la chaine carbonée est conservée. On obtient de la propanone
-   

                                     MnO4 + 8 H + +   5 e =   Mn 2+   + 4 H2O

                 =        + 2 H + +   2 e     

5  + 2 MnO4  + 6 H +  5    + 2 Mn 2+  +  8 H2O  

 

b)-  Conclusion.

-    L’oxydation d’un alcool secondaire conduit à la formation d’une cétone.

5)- Oxydation des alcools tertiaires.

-    Un alcool tertiaire ne subit pas d’oxydation ménagée.

IX- Un polyalcool particulier : le glycérol.

1)- Présentation.

-    Le glycérol possèdent trois groupes hydroxyle OH.
-    Ces groupes hydroxyle sont portés par des carbone tétragonaux.
-    Le glycérol est un triol, il fait partie de la famille des alcools.
-      Le glycérol est un trialcool : le propan-1, 2, 3 – triol.

Le glycérol

Le propan-1, 2, 3 – triol

2)- Utilisation du glycérol :

a)-  Formation d’un corps gras et composition d’un corps gras.

   Les corps gras :

-    Un corps gras est un triester d'acide gras et du glycérol. Les corps gras sont encore appelés triglycérides.
-    Les triglycérides ou corps gras sont des triesters des acides gras et du glycérol.
-    Les triglycérides sont dits simples si R = R' = R''. Sinon les triglycérides sont mixtes.
-    Les triglycérides possèdent trois groupes ester :
-    Représentation du groupe ester :

-    Représentation des différents constituants.

Glycérol

Corps gras

Acides gras

   Exemples d’acide gras :

-    Un acide gras est un acide carboxylique à chaîne linéaire, saturée ou non, possédant en général un nombre pair d'atomes de carbone, entre 4 et 22
-    S’il comporte au moins une double liaison, l’acide gras est dit insaturé.
-    Il est dit saturé dans le cas contraire :
-    Exemple :

Acide gras

Formule semi-développée

Formule simplifiée

Acide α-linolénique

CH3 CH2 – (CH = CHCH2)3 – (CH2)6 COOH

C17H29  COOH

Acide linoléique

CH3 (CH2)4 (CH = CH CH2)2 (CH2)6 COOH

C17H31  COOH

Acide oléique

CH3 (CH2)7 CH = CH (CH2)7 COOH

C17H33  COOH

Acide stéarique

CH3 (CH2)16 COOH

C17H35  COOH

 

-    Acide gras saturé : Acide palmitique : CH3 – (CH2)14 COOH
-    Acide gras insaturé :

Acide oléique : Quelques représentations de la molécule.

CH3 – (CH2)7CH = CH – (CH2)7 COOH

Acide (Z) octadéca-9-énoïque

   Synthèse d’un corps gras :

-    C’est une réaction d’estérification : elle résulte de l’action d’un acide gras sur le glycérol, qui est un trialcool.
-    Lorsque le glycérol (trialcool : le propan-1, 2, 3 -triol) réagit avec des acides gras (acides carboxyliques), il se forme des triesters, aussi appelés triglycérides ou lipides.
-    Exemple : Réaction entre l’acide oléique et le glycérol

      Acide oléique                             glycérol                       Oléine                                                          eau  

b)-  La saponification.

-    Le glycérol intervient dans la réaction de saponification.
-    Le glycérol est un sous- produit de la réaction de saponification.
-    Le mot saponification vient du latin sapo qui signifie « savon ». C’est l’une des plus vieilles réactions chimiques connues. Elle permet la fabrication des savons à partir d’esters naturels présents dans les corps gras d’origine animale ou végétale.
-    Les corps gras font partie de composés organiques, les lipides présents dans les tissus animaux et végétaux. Ce sont des lipides simples caractérisés par leur insolubilité dans l’eau et leur toucher onctueux. L’Histoire des corps gras se confond avec celle de l’Humanité. On retrouve des lampes à huile et des chandelles chez les Égyptiens (3000 ans A.V J.C). Ils utilisaient les huiles comme lubrifiant : huile de palme, huile d’olive. Homère mentionne l’usage de l’huile d’olive pour faciliter le tissage des fibres.
-    La fabrication du savon était connue du temps des Phéniciens plusieurs siècles avant notre ère. Pline (le vieux) décrit les savons et spécifie même qu’il y en a des durs et des mous.
-    Ce n’est que vers 1815 que Michel Eugène CHEVREUL (1786-1889) prouve la nature chimique exacte des corps gras. Il décrit ses travaux dans l’ouvrage paru en 1823 : Recherche chimique sur les corps gras d’origine animale.

   Réaction de saponification :

-    Équation bilan de la réaction de saponification d’un corps gras

3)- Applications :

-    Nettoyants pour sols.
-    Les Savons (Exercices).
-    Les Savons (Cours).
-    Les Savons (Séance de travaux pratiques).

X- Additifs : quelques liens.

-    De la structure aux propriétés des alcanes et des alcools.
-    Les grandes catégories de réactions chimiques.
-    Synthèses organiques.
-    Composés organiques oxygénés.
-    Les Groupes caractéristiques.

 

 

 

 

 

 



 
 

Haut